Enduit : tout savoir sur la réalisation et la pose d’enduit

Comment réaliser un enduit ? On vous dit tout

Un jour ou l’autre, vous serez surement amené à faire ou à rénover un enduit. Voici tout ce que vous devez savoir le concernant.

Premièrement, il faut savoir qu’il faut attendre au moins un mois que l’enduit sèche (enduit au plâtre ou au mortier) avant de poser le carrelage par-dessus. Il faut donc savoir si l’enduit est nécessaire, et dans quels cas.

Les murs à base de pierres ou de briques pleines n’ont pas besoins d’enduit. Mais les autres types de constructions, souvent moins esthétiques et surtout beaucoup plus fragiles nécessite une couche de finition à l’enduit.

Quel est le rôle premier d’un enduit ?

Le rôle d’un enduit est de protéger la construction des intempéries, à l’extérieur, et de niveler une surface irrégulière avant de la peindre, de la recouvrir de papier peint ou, comme ici, de carrelage. Il existe différents types d’enduits: on distingue surtout les enduits au mortier et ceux au plâtre. Vous trouverez aussi des enduits prêts à l’emploi auxquels il suffit d’ajouter le volume d’eau nécessaire.

Qu’est-ce qu’un enduit mural ?

On en comprend très vite l’intérêt quand on voit de vieux murs de pierres mis à nu par le travail du temps: les matériaux, de calibres irréguliers, laissent apparaître des cavités entre eux parfois importantes. De nos jours, bien entendu, les parpaings, les briques et autres matériaux sont réguliers, fabriqués de façon industrielle.

Le rôle de l’enduit est de rattraper les irrégularités et les imperfections du gros œuvre de façon à constituer une surface nette et plane, support elle-même pour tout autre revêtement.

L’enduit est le premier « revêtement » qui recouvre le gros oeuvre, auquel il doit parfaitement accrocher afin de pouvoir servir d’intermédiaire aux autres revêtements décoratifs. La qualité de l’adhérence de l’enduit au gros oeuvre dépend, en conséquence, autant de celle du revêtement que de celle du support. Examinez l’état de ce dernier avant de commencer votre travail et effectuez éventuellement les réparations qui s’imposent.

Enduit au plâtre ou enduit au mortier ?

Comment faire un enduit

C’est la nature du support, et en particulier celle des joints, qui doit déterminer le type d’enduit à réaliser. Les matériaux montés au plâtre seront recouverts d’un enduit au plâtre; ceux élevés au mortier, d’un enduit au mortier.

Notez que les carreaux de plâtre, ainsi que les plaques, n’ont pas besoin d’être enduits: ils offrent un parement susceptible d’être directement carrelé (après éventuellement l’application d’un durcisseur afin de le rendre moins poreux et moins friable).

C’est l’un de leurs avantages, ajouté à une facilité de montage qui permet de dresser rapidement une cloison.

Un enduit au plâtre est assez difficile à réaliser car le temps de prise du plâtre est court, plus que celui du mortier. Il se prépare à raison de trois parts d’eau pour une de plâtre. Versez l’eau puis le plâtre par-dessus et agitez afin d’obtenir une pâte onctueuse. Le temps de prise implique une mise en oeuvre rapide: aussi, ne préparez pas de trop grandes quantités à la fois. Si vous constatez que le plâtre durcit, n’ajoutez pas d’eau: le plâtre est déjà inutilisable.

Les enduits au mortier

Ils servent à dresser les murs de parpaings, de briques creuses ou de blocs de terre cuite montés au mortier, de blocs de béton cellulaire et, d’une manière générale, toute maçonnerie extérieure.

A savoir : Il faut attendre un mois au minimum avant de réaliser un enduit sur un mur qui vient d’être construit afin d’éviter les risques de fissuration dus au retrait des matériaux.

Comment appliquer un enduit ?

Avant préparez le terrain : Procédez de cette manière

  • Un enduit doit être appliqué sur un support plan.
  • Éliminez les plus grosses aspérités, les parties qui n’adhèrent pas bien, les bavures au niveau des joints, etc.
  • Dépoussiérez le support et humidifiez-le afin qu’il n’absorbe pas l’eau de gâchage du mortier. Si le support est ancien, il faut installer une armature grillagée (indispensable sur des moellons) pour améliorer l’accrochage de la couche d’enduit ou, au moins, éliminer le vieil enduit qui se détache et rénover les joints entre les matériaux.

Vous pouvez réaliser votre enduit en seulement 3 étapes

. Il est indispensable de bien respecter chacune d’elles pour obtenir un enduit homogène. Il faut aussi attendre après l’application de chacune des couches qu’elle ait effectué son retrait : sans quoi, la couche supérieure peut se craqueler et se décoller.

  • Première étape : le gobetis. Cette couche assure la jonction entre l’enduit et le support. Préparez le mortier nécessaire à raison de trois mesures de sable, une mesure de ciment Portland et une mesure et demie d’eau.

Le gobetis s’applique au jeté; le mortier est projeté avec la truelle, d’un geste sec. Pour régler son niveau correctement, placez des lattes parallèlement dans le sens de la hauteur, à un mètre les unes des autres. Cette installation vous permettra de tirer le mortier. Fixez ces règles au support à l’aide de serre-joints de maçon. L’épaisseur des cales doit être égale à celle que vous souhaitez donner à cette première couche.

Projetez le mortier d’un geste sec de la truelle, en tenant la taloche de l’autre main (la taloche est chargée d’un peu de mortier, ce qui vous évite de vous déplacer à chaque fois). En une heure, vous aurez largement recouvert une cloison de dimensions moyennes: ne préparez pas plus de mortier qu’il n’en faut pour cette première étape. L’épaisseur du gobetis sera de 2 cm environ.

  • Deuxième étape: le corps d’enduit. Attendez au minimum trois jours (plus selon les conditions climatiques) après le gobetis, avant d’appliquer cette deuxième couche.

Le corps d’enduit assure l’imperméabilisation de la maçonnerie et finit de rattraper les inégalités du support. Pour cela, le mortier projeté sera «serré» à la taloche. Ne lissez pas à la truelle car cela entraîne la remontée de ciment (laitance) en surface, ce qui peut être, par la suite, à l’origine de fissuration.

Le corps d’enduit, préparé de la même façon que le gobetis, est projeté sur ce dernier avec la truelle. Si vous avez tout un mur à couvrir, procédez par surfaces auparavant délimitées par les repères d’épaisseur. Avant que le mortier ne prenne, tirez-le en employant une règle de bois au chant bien raboté ou encore mieux, une règle de maçon en aluminium. Déplacez la règle de bas en haut et inclinez-la, tantôt à gauche, tantôt à droite pour ramener l’excédent de mortier et bien égaliser sa surface. Arrivé en haut de la partie concernée, retirez le mortier excédentaire et jetez-le à nouveau sur le mur. Ajoutez éventuellement un peu de matière si la surface ne vous semble pas de niveau recommencez l’opération autant de fois que nécessaire. Si malgré tout, certains endroits restent dégarnis, comblez-les et égalisez avec la taloche. Ne lissez pas pour l’instant. Donnez au corps d’enduit une épaisseur de 5 cm environ.

  • Une fois la surface correctement aplanie et avant la prise totale du mortier, retirez les cales ou les règles d’épaisseur. Bouchez les vides avec du mortier préparé dans les mêmes proportions que celui que vous venez d’utiliser.
  • Passez maintenant la taloche sur toute la paroi; n’attendez pas que le mortier ait séché. Cela permet de rattraper les petites inégalités qui ont pu subsister.

Pour cette couche de finition (qui sera lissée à la taloche), vous pourrez utiliser un mortier de ciment ordinaire ou un revêtement d’étanchéité. Donnez-lui 5 mm d’épaisseur environ. On prépare un mortier très clair, plus encore que ne l’était celui employé pour le gobetis.

  • Étendez-le et lissez-le à la taloche: vous disposez maintenant d’une surface lisse et plane, saine, qui va servir de support à la pose des carreaux. Laissez l’ensemble sécher encore de 8 à 15 jours selon la période et le climat avant de passer au carrelage.

Les enduits au plâtre

Ils sont appliqués sur les parois intérieures en briques plâtrières, carreaux de terre cuite, pierres, béton, etc.

Un enduit au plâtre est assez difficile à réussir parce que le plâtre est lui-même difficile à mettre en oeuvre. Le temps de prise est bref, plus court que celui du mortier, ce qui exige une certaine rapidité dans l’exécution.

L’enduit ne doit être appliqué que sur des supports secs, propres et présentant peu d’irrégularités. Si le mur est en béton brut de décoffrage, éliminez toute trace d’huile de décoffrage dont la présence rend l’accrochage de l’enduit impossible. Piquetez toute la surface pour qu’elle offre une meilleure adhérence.

N’appliquez pas ce type d’enduit si la température ambiante est infé­rieure à – 1 °C.

Un enduit au plâtre est passé en une couche (deux si son épaisseur doit dépasser 15 mm). Les proportions à respecter pouvant varier selon le plâtre utilisé, reportez-vous aux indications figurant sur les sacs de plâtre. Après gâchage, la pâte est étendue avec le plâtroir.

L’épaisseur de l’enduit est variable selon les surfaces, le minimum étant de 4 à 6 mm. Si une huisserie ou un dormant de fenêtre est inscrit dans la cloison, l’épaisseur de l’enduit doit permettre de rattraper la différence de niveau entre la cloison et l’huisserie ou le dormant.

L’enduit une fois fini doit présenter une surface toute plane (les petites différences de planéité, de 5 à 10 mm sur une largeur de 2 m, sont tolérées). L’enduit au plâtre sera sec trois semaines à un mois après son application.

Les enduits tout prêts

Ce sont des produits hydrofuges qu’ils suffit de gâcher dans le volume d’eau recommandé quand ils ne sont pas livrés gâchés par le fabricant (il reste alors à les appliquer).

On peut trouver également du plâtre hydrofugé, que l’on peut très bien utiliser pour l’extérieur. L’avantage avec ce type d’enduit, c’est qu’il est coloré, donc inutile de passer des heures à la peintre par la suite. L’autre avantage est qu’il n’est pas nécessaire de passer une seconde couche, gain de temps assuré. Pour pouvoir mettre ce genre enduit, il vous faut une machine spécial, pour projeter l’enduit sur le mur.

On rencontre également des enduits de parement hydrauliques monocouches, fabriqués à base de ciment et de silicates. Ces produits sont aussi hydrofugés et s’appliquent à la truelle sur la brique ou le parpaing. Il est toujours préférable de mouiller abondamment le support et d’arroser la couche d’enduit dans les jours qui suivent son application car le vent et le soleil peuvent faire évaporer trop rapidement l’eau de gâchage. Il est préférable enfin d’appliquer cet enduit sur une couche d’accrochage

Les enduits synthétiques, pour finir, comportent des résines synthétiques qui leur donnent une grande élasticité et un très bon pouvoir d’accrochage.

Avatar

Joris Bernard

Rédacteur en chef chez outillage-de-pro.com depuis maintenant plusieurs années, j'écris régulièrement des articles concernant l'actualités des grandes enseignes de commerce de bricolage comme Mr. bricolage, Castorama, Leroy-merlin etc.. Ayant fait une école de journalisme et passionné de bricolage, j'ai naturellement trouvé ma place au sein de l'équipe éditorial du site.

Sed dictum mattis leo accumsan dapibus sit sed efficitur. odio et,