Comment poser du carrelage correctement ?

Les règles de base du carrelage

La première est de donner un alignement correct aux carreaux. Pour cela, la pose doit être précédée d’un tracé précis pour lequel vous aurez besoin d’un fil à plomb et d’un niveau. Ce tracé vous permettra d’apporter un soin tout particulier à la pose de la première rangée qui servira de base à la pose des rangées suivantes.
Pour réaliser un tracé précis, il faut très peu de matériel et du bons outillage : un fil plomb, un niveau à bulles, une règle de maçon en aluminium (1,50 m est une bonne mesure), une équerre, un cordeau à poudre et un crayon gras. Vous pouvez également consulter les techniques de pose de carrelage pour des finitions parfaites et professionnelles.

Par où commencer quand on pose du carrelage ?

La question est de savoir par où commencer. Il est bien sûr tentant de débuter par un angle, au dessus d’une plinthe, contre le plafond, etc. Mais souvent ces lignes ne sont pas parfaitement d’équerre et on prend alors le risque de fausser la pose dès l’origine. Pour cette raison, il est toujours préférable d’entreprendre la pose à partir du croisement de deux axes, l’un vertical et l’autre horizontal, tracés au fil à plomb, niveau à bulles et cordeau. En outre, on s’arrangera pour faire tomber les coupes au bas des murs ou dans les angles rentrants, où elles seront moins visibles.
Dans tous les cas, il faut faire un calcul simple pour essayer (dans la mesure du possible) d’avoir le moins de coupes, et d’utiliser au maximum des carreaux entiers. Ce calcul sera fonction de la longueur du mur, de la dimension des carreaux, sans oublier l’épaisseur des joints.
L’on peut toujours jouer sur l’épaisseur des joints en augmentant ou en diminuant d’1 à 2 mm l’intervalle entre deux carreaux. On peut ainsi, parfois, réussir à utiliser des carreaux complets.
Une pose à blanc des carreaux permet, d’une part de mieux se rendre compte de l’effet produit, et d’autre part de vérifier si l’on ne s’est pas trompé dans les calculs.

1ere méthode : Quand les murs ne sont pas parfaitement droit

Quand les murs ne sont pas parfaitement à l’équerre, prenez le milieu du mur et tracez un axe vertical (A-B) au niveau à bulles ou au fil à plomb. Tracez maintenant l’axe horizontal (C-D) perpendiculairement au premier, au bas du mur à une distance correspondant à la hauteur d’un carreau augmentée de l’épaisseur du joint.
L’intersection des deux axes vous donnera le point O. Vous démarrerez la pose à cet endroit par la droite et par la gauche de cet axe vertical, en suivant parfaitement la ligne de l’axe horizontal.
Arrangez vous pour faire tomber les carreaux découpés dans les angles rentrants: ils s’y verront moins. Posez au contraire des carreaux entiers dans les angles sortants. Utilisez des moulures spéciales en céramique pour masquer et protéger l’arête (quart de rond). On peut aussi se servir de profilé en plastique ou en métal (cornière d’angle).

2e méthode : sol parfaitement horizontal et  angles sont parfaitement à l’équerre

Si le sol est parfaitement horizontal et si les angles sont parfaitement à l’équerre, on peut commencer la pose dans un angle.
Dans ce cas, vous procéderez de la manière suivante: tracez l’axe vertical (A-B) à une distance correspondant à la largeur d’un carreau plus l’épaisseur du joint.
Tracez maintenant l’axe horizontal (C-D) perpendiculairement au premier, au bas du mur à une distance correspondant à la hauteur d’un carreau augmentée de l’épaisseur du joint.
L’intersection des deux axes vous donnera le point O. Vous démarrerez la pose à cet endroit, de part et d’autre de l’axe vertical, en suivant parfaitement la ligne de l’axe horizontal.

3e méthode : Si le sol n’est pas encore carrelé et s’il n’est pas parfaitement horizontal

Si le sol n’est pas encore carrelé et s’il n’est pas parfaitement horizontal, il vaudra mieux, pour éviter toute surprise, procéder comme suit.
Tracez comme précédemment l’axe vertical, puis l’axe horizontal à une distance correspondant à une hauteur de carreau augmentée de l’épaisseur du carreau (de sol), de sa colle et du joint du sol futur.
Prenez cette distance au point le plus bas, il sera en effet toujours possible, si le niveau du sol remonte, de retailler sur quelques millimètres les carreaux de la dernière rangée (rangée basse), le sol une fois posé. La pose commencera dans ce cas non pas par la rangée basse (sous le trait de l’axe horizontal), mais au dessus de cet axe.
La dernière rangée (rangée basse) ne sera mise en place que lorsque le sol définitif sera posé.

Carreleur en action

3 techniques de pose de carrelage

Commencez la pose quand vous serez sûr de la façon dont les carreaux seront placés. La salle de bains constitue une exception à ce qui vient d’être dit: nous le verrons plus loin.

Pose sur bain de mortier

Technique conventionnelles des carreleurs pro. Cette technique nécessite une grande habileté car elle peut intervenir avant séchage complet de la chape. Les carreaux sont assis sur le lit de mortier, bien alignés contre une règle guide que l’on déplace à chaque fois qu’une rangée est posée. Il faut aussi s’assurer progressivement de ta planéité de la surface carrelée en battant les carreaux, une cale intercalée pour ne pas les endommager.

La difficulté avec cette méthode, c’est qu’il faut agir avant la prise complète du mortier.

Pose scellée

Elle est dérivée de la précédente mais se fait sur support sec, avec un mortier colle. Ce produit, mélange de ciment et de résine synthétique, doit être dilué à l’eau avant application à la spatule crantée. Son utilisation est conseillée pour les pièces à tendances humides comme les salles de bains ou bien les cuisines.

Étalez le mortier colle sur une épaisseur d’1,5 cm environ, puis posez les carreaux après les avoir humidifiés. Le durcissement du mortier colle, et donc le scellement des carreaux, intervient au bout de 24 heures au plus tard, délai après lequel vous pourrez procéder au jointoiement.

Pose collée

Très facile à mettre en oeuvre, la colle est étendue à la spatule crantée et les carreaux sont posés rang par rang, en contrôlant leur alignement et leur horizontalité. Le jointoiement interviendra après séchage de la colle.

Quelle que soit la méthode de pose retenue, il est bon de rappeler certaines règles communes :

  • commencez la pose dans la direction opposée à l’entrée de la pièce;
  • placez les joints principaux parallèlement à la source lumineuse (fenêtre) principale
  • respectez la largeur des joints recommandée par le fabricant; à titre d’exemple: 2 mm pour des carreaux allant jusqu’à 200 cm2;
  • utilisez des croisillons d’écartement pour former des joints bien réguliers;
  • attendez le séchage complet de la colle ou du mortier colle pour passer au jointoiement;
  • ménagez un joint de dilatation périphérique à chaque fois que la superficie du local est supérieure à 12m2;
  • ménagez un joint de dilatation entre deux murs opposés, coupant le local en deux parties plus ou moins égales, dès que la surface est supérieure à 30 m2. Ce joint sera un joint en silicone de même teinte que le joint cimenté du carrelage.

A vous de jouer maintenant !

4.9/5 - (7 votes)
Allez plus loin

Rédigé par

Julien Hestch
Je suis un peu l'homme à tout faire et touche-à-tout, mais j'ai quand même une préférence à tout ce qui touche à l'isolation de la maison et les dépense énergétique de ces dernières. Bricoleur de l'âme, j'aime également publier des articles pour le site Outillage-de-pro.com concernant l'actualité et les nouveautés en terme de rénovation thermique et énergétique. Cependant, écrire sur d'autres sujets ne me dérange pas, bien au contraire, j'adore transmettre mon savoir et ma passion. Je suis une identité fictive sur ce site, afin de préserver l'anonymat du rédacteur.

les avis des bricoleurs

Donnez-nous votre avis !

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page
pop up youtube 2

On est aussi sur Youtube !

Venez nous voir Et puisqu'on adore les bons plans.. 🤑

Inscrivez-vous à la Newsletter pour profiter d'avantages exclusifs  ⏬

Bon Achat !